11 octobre 2014

Premier écrit...Maximus revient à lui

« Où suis-je ?! Et toi, qui es-tu ? »

La voix de l’homme brusquement sorti de sa torpeur tremblait encore d’émotion.

« Doucement Maximus, doucement Erween. Tu reviens à toi. Je t'ai apaisé pendant ton sommeil, et tu t'es confié à moi… Enfin, en partie : j’ai compris que tu étais soldat romain. Je t'ai réveillé car ton sommeil devenait trop agité. »

Hors de la hutte, le ciel rouge sang des soirées irlandaises s'estompait lentement. Petit à petit la noirceur de la nuit commençait son étreinte. Dans le village, des feux s’allumaient çà et là, laissant apparaître quelques pSunrise on top of Cadillac Mountain Acadia ME 1302 639 OCatrouilles d’hommes et de femmes, armés d’arcs et de flèches. Dans chacune des chaumières, les foyers de braises se faisaient plus présents. Ils servaient à lutter inlassablement contre l’humidité nationale.

Mais, partout dans ce village se dégageait un étrange sentiment qui poussait chaque habitant à vouloir stopper le temps. Les feux de leurs foyers étaient des centaines de soleils interdisant aux ténèbres de faire leur office.

Maximus se redressa doucement, son regard scrutait chaque recoin de la hutte. Le druide, quittant son trône, tendit la main à Maximus et l'invita à prendre la place qu’il occupait auparavant. Maximus, alors assis confortablement, sans mot dire, posa son regard noir sur cet homme auquel il se serait donc confié. Il demanda plus calmement :

« Sers-moi du vin… médecin, druide, homme ? Qu’es-tu exactement ?

- Quelle importance cela a-t-il ? Ce qui est certain, c’est que je ne suis pas ton esclave. Mais je veux bien te donner un peu d'eau.

- Tu as raison, peu importe qui tu es. Un sourire ironique se fixa sur le visage de Maximus. Car demain, tu ne seras plus rien ! Tu ne seras plus qu’un tas de cendres. Ou un morceau de viande broyé et rôti ! »

Le druide acquiesça, impassible. Faisant face à Maximus, il lui tendit une coupe pour se désaltérer. Sans rien dire, sans bouger d’une oreille, il observait d’un œil clair et vif le soldat romain qui portait à sa bouche le breuvage transparent.

Dès que la coupe fut vide, Maximus la rendit d’un geste brutal à son hôte et dit fermement « Merci, homme. »

Joignant ses mains, le druide se pencha légèrement vers Maximus, comme pour recueillir une confidence, et demanda avec éclat :

« Qui doit me rôtir, demain ou un autre jour ? »

Agrippant fermement les accoudoirs du trône, tête baissée, présentant sa nuque, tel un condamné implorant une mort propre et nette, Maximus murmura, d’une voix résignée, proche du dernier souffle :

« Le Dragon, le Dragon va te rôtir ! »

Puis se levant d'un trait, il se dirigea vers le foyer central, il ramassa quelques bûches qu’il posa délicatement dans le brasier et réactiva le feu en rassemblant les tisons. D'une voix tremblante et craintive il reprit:

« Le Dragon va te rôtir, le Dragon va tous nous exterminer. Le Dragon va tous nous châtier. »

Il cessa de tournoyer autour du foyer et se rapprocha de la chaise ou était posé son glaive. Il saisit le glaive de ses deux mains, tendit les bras. Et, en tenant l’arme fermement, la pointe vers le bas, fit le geste de l'estocade finale. Il continua :

le glaive

«  Un châtiment réservé aux rebelles, aux traîtres, à tous ceux qui l’abandonnent ! »

Il redressa l’arme, menaçant le druide du glaive. Il parlait toujours, et ses propos avaient le tranchant de sa lame.

« Sais-tu comment le Dragon mate une rébellion ? Il prend soin de ne pas laisser vivre une seule âme. Pas une seule, comprends-tu cela ? Il fait table rase, pour qu’il ne reste rien, comme si rien ne s'était passé, comme si aucun des mutins n'avait jamais existé. »

Maximus, qui n’avait pas quitté sa chaise, reposa le glaive entre ses jambe et fixa le regard du druide.

« As-tu déjà vu cet animal ? demanda Maximus.

- Je ne l'ai pas vu voler, ni cracher son feu des enfers. Mais j'ai bien vu sa carapace luisante ! rétorqua le druide

- Alors tu dois comprendre mes tourments ! »

Après un bref silence, Maximus, saisi d’une idée subite, dit à son hôte :

« Reprends ta place, assis-toi de nouveau sur ce trône et ferme à ton tour les yeux... Je n'ai pas ta magie certes, mais écoute, écoute mes paroles et vois ce que je te dis, sers-toi de ta magie ! Voilà qui est le Dragon… »

*

PS_20141011105017

 

PS_20141011104013

 

Comic of reproduction-possible-d-interieur-celte_279901-M

Posté par Silius à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]